Faire Église autrement…

Les messes ne pourront plus avoir lieu jusqu’au 13 décembre. Mais la vie spirituelle ne s’arrête pas. Par un message adressé aux fidèles, les évêques de Belgique encouragent à développer l’entraide, à peaufiner l’accueil dans les églises et à nourrir la prière. Ils proposent quelques pistes qui aideront à mieux vivre cette nouvelle période d’abstinence eucharistique.

Dans une lettre adressée le 2 novembre à tous les fidèles, ils relèvent que « Heureusement, les églises peuvent rester ouvertes pour la prière individuelle. Nous encourageons à utiliser au maximum cette opportunité, en tenant compte évidemment des normes sanitaires en vigueur. Une église ouverte est le signe d’une communauté locale accueillante. » Un accueil personnalisé (à 4 pers max) peut être mis en place, la diffusion d’une musique aidera à la prière, un accueil des visiteurs dans l’église.

Sur le plan spirituel, les évêques rappellent les différents moyens de suivre par la télévision, la radio et internet l’une ou l’autre célébration dominicale. Ce temps de re-confinement peut aussi donner l’occasion de se nourrir spirituellement et de se tenir au courant de l’actualité religieuse chez nous et dans le monde.

Une dimension essentielle de la vie chrétienne consiste dans le service d’autrui, notamment ceux qui sont seuls, démunis ou sans espoir. « Nous pouvons nous entraider et nous encourager les uns les autres ». Cela peut se concrétiser par exemple par le fait de « poster des messages nourrissants et d’espérance sur les réseaux sociaux et autres. » Autres pistes : « faire les courses pour un voisin en difficulté, garder l’œil ouvert sur les personnes que le découragement guette ou qui risquent de se retrouver dans une profonde solitude. Voir si un coup de main bénévole pourrait être utile dans une école, une banque alimentaire, un centre de soins en cette période où une charge de travail plus importante peut se faire sentir. » Cela rejoint l’appel au volontariat que les évêques de Belgique lançaient quelques jours avant la Toussaint : « Personne n’est superflu… Ensemble, soyons Eglise », concluent les évêques belges.