Archives pour la catégorie News

Vivre une vraie Semaine Sainte à la maison…

Le mystère de Pâques est central pour la foi chrétienne. C’est pourquoi la semaine avant Pâques est la plus importante de l’année (liturgique). Le récent Lien ‘Spécial Pâques’ l’a rappelé une fois encore. Mais voilà, les nombreux artistes qui ont dessiné / peint / sculpté Jésus avec les bras menottés nous parlent sans doute davantage ces jours-ci, où le confinement nous ligote à nos maisons et famille proche.

Ce confinement ne doit pas empêcher notre ferveur de vivre et prier la Semaine Sainte au travers de ces circonstances que personne ne pouvait prévoir il y a quelques semaines encore… Dans ce but, Mgr Hudsyn et ses adjoints nous ont proposé quelques pistes très concrètes pour encourager la créativité spirituelle en famille.

AFFICHER ces véritables petites « LITURGIES DOMESTIQUES » pour le Dimanche des Rameaux et les trois jours anniversaires de la mort et résurrection du Christ. Lire la suite

Confinés, mais avec Dieu au milieu de nous…

Ce temps où nous sommes invités à rester chez nous peut être une occasion à saisir pour raviver notre prière, seul, en couple ou en famille. Dieu est au milieu de nous. A nous de faire silence pour l’écouter… Voici quelques propositions pour nous y stimuler.

Prier avec la télé ou internet – KTO

Avec le confinement, la télévision est plus que jamais une fenêtre ouverte, un lien avec les autres, un soutien pour ceux qui sont seuls, un espace pour la prière de tous.
Les équipes de KTO se mobilisent pour assurer au mieux cet accompagnement par des retransmissions en direct et des programmes spéciaux.
KTO est également diffusé par internet

Messe dominicale — Messe quotidienne — Temps de prière quotidiens Lire la suite

Les homélies de nos prêtres

Père Albert et l’Abbé Armand
proposent leurs méditations pour
les dimanches-en-confinement,
ainsi que pour les Offices et
Chemin de croix de la Semaine Sainte.

Voir leurs homélies

église ouverte…

L’église Saint Joseph (Centre) reste ACCESSIBLE, pendant la période de confinement, pour la prière personnelle, de 8 h à 19 h, tous les jours, dimanche inclus.

En tant qu’espace public, l’église est bien évidemment soumise aux mesures gouvernementales, dont la DISTANCE DE SÉCURITÉ.

Comment ‘faire ses Pâques’ cette année ?

En faisant ce qui est possible : prier à la maison, seul ou en famille ; lire et méditer les lectures liturgiques et les prières prévues pour la Semaine Sainte ; suivre une célébration liturgique à la radio, à la télévision ou en livestream.

En raison des mesures actuelles, le sacrement de réconciliation individuel ne pourra être conféré. Les évêques de Belgique autorisent les fidèles à reporter leur confession pascale à une date ultérieure.

Ou, comme l’a récemment déclaré le Pape François au vu des circonstances exceptionnelles de cette année :
Oui, il est possible de recevoir le pardon de Dieu sans prêtre.
Si tu ne trouves pas de prêtre pour te confesser, parle avec Dieu, il est ton Père, et dis-lui la vérité : « Seigneur, j’ai commis le mal en ceci, en cela, …”
Demande-lui pardon de tout ton cœur avec l’acte de contrition et promets-lui: “Je me confesserai plus tard, mais pardonne-moi maintenant”.
Et tu reviendras immédiatement dans la grâce de Dieu
.

Sortir Haïti d’un confinement de 10 années…

Les campagnes annuelles de Carême de l’ONG Entraide et Fraternité ne sont quant à elles pas suspendues. Les évêques appellent les fidèles à poursuivre la solidarité avec les populations et les pays dans le besoin et à effectuer leur don annuel par virement bancaire.
Le don de Carême compte parmi les plus beaux des gestes fraternels pour un chrétien. Transformons la clameur de nos partenaires haïtiens en espérance. Car à l’Haïti qui souffre répond l’Haïti qui résiste. La solidarité et le partage peuvent provoquer de profonds changements et donner espoir à celles et ceux qui luttent pour leur survie.

Un carême sans eucharistie… Que faire ?


Les évêques de Belgique ont décidé de suspendre les célébrations eucharistiques jusqu’au 5 avril. Les fidèles se voient ainsi contraints à un « jeûne eucharistique » inattendu en plein carême. Comment réagir à « jeûne eucharistique » ?

  1. « Avoir la foi » ne nous place pas au-dessus des autres : nous partageons les mêmes souffrances. Nous sommes tout autant démunis face à la maladie et à la mort. A ceci près : notre foi nous permet de traverser les périodes d’adversité avec une confiance et une espérance qui nous vient du Christ. Il a traversé la mort et… est ressuscité.
  2. La situation actuelle nous rend, dans les faits, solidaires de toutes ces communautés chrétiennes d’Amazonie, d’Afrique et d’ailleurs, qui n’ont que très rarement (1/an ou 1/10 ans) accès à l’eucharistie. Cette solidarité « de fait » doit nous ouvrir à une solidarité de coeur…
  3. Ce contexte très particulier nous rappelle que l’eucharistie n’est pas un dû, pas un droit, mais un don gratuit de Dieu. Prenons conscience de la chance que nous avons « en temps normaux ». Vivons le « jeûne eucharistique » comme une occasion d’accueillir Dieu d’une façon renouvelée. Du reste c’est là, précisément, le sens du carême !
  4. « Ce n’est pas seulement de pain que l’homme vivra, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mt 4,4). Nous pouvons prendre davantage de temps pour nous nourrir de cette Parole de Dieu contenue dans la Bible. Surtout les lectures des dimanches de carême.
  5. Enfin, laissons-nous inspirer par l’Esprit pour trouver des moyens concrets de venir en aide à celles et ceux qui sont isolés en raison de la maladie.

Marie : un ‘oui’ bouleversé/ant

Mercredi, 25 mars 2020.
Celle que nous fêtons aujourd’hui s’est retrouvée  —  comme tant de femmes aujourd’hui  —  face a des situations humainement sans issue. Marie, dès ses 14 – 15 ans, y a répondu par la confiance. Son consentement donné à l’ange Gabriel la fait devenir une maman qui croit contre toute vraisemblance, qui espère contre toute espéran­ce. Que dira son mari, Joseph ? Comment lui en parler ? Que sera cet enfant ? Elle laisse­ra même à son Dieu le soin d’éclairer Joseph. Puis, dans une extrême pauvreté, elle enfantera l’enfant du Miracle.

Un peu plus tard, elle entendra cette deuxième annonciation qu’est la prophétie du vieillard Siméon : « Cet enfant sera un signe en butte à la contradiction et toi-même un glaive te transpercera le cœur » (Luc 2, 35). Marie connaîtra la fuite devant ceux qui veulent tuer Jésus. Elle connaîtra la douleur du massacre des Inno­cents. Et assistera à la fin prématurée d’un destin si prometteur, débout, au pied de sa croix… Elle a tenu dans ses bras son enfant qui venait de mourir, son corps cou­vert de sang et des cicatrices de la méchanceté des humains.  Elle a connu ce moment où il n’y a plus d’espérance à vues humaines. Lire la suite

19 mars fête de saint Joseph

Je reste à la maison, Seigneur !
Et aujourd’hui, je m’en rends compte,
Tu m’as appris cela,
Demeurant obéissant au Père,
Pendant trente ans dans la maison de Nazareth,
En attente de la grande mission.
Je reste à la maison, Seigneur,
Et dans l’atelier de Joseph,
Ton gardien et le mien,
J’apprends à travailler, à obéir,
Pour arrondir les angles de ma vie
Et te préparer une œuvre d’art.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et je sais que je ne suis pas seul
Parce que Marie, comme toute mère,
Est dans la pièce à côté, en train de faire des corvées
Et de préparer le déjeuner
Pour nous tous, la famille de Dieu.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et je le fais de manière responsable pour mon propre bien,
Pour la santé de ma ville, de mes proches,
Et pour le bien de mon frère,
Que tu as mis à côté de moi,
Me demandant de m’en occuper
Dans le jardin de la vie.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et dans le silence de Nazareth,
Je m’engage à prier, à lire,
Étudier, méditer,
Être utile pour les petits travaux,
Afin de rendre notre maison plus belle et plus accueillante.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et le matin, je te remercie
Pour le nouveau jour que tu me donnes,
En essayant de ne pas la gâcher
Et l’accueillir avec émerveillement,
Comme un cadeau et une surprise de Pâques.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et à midi, je recevrai
La salutation de l’Ange,
Je me rendrai utile pour l’amour,

 

En communion avec toi
Qui t’es fait chair pour habiter parmi nous ;
Et, fatigué par le voyage,
Assoiffé, je te rencontrerai
Au puits de Jacob,
Et assoiffé d’amour sur la Croix.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et si le soir me prend la mélancolie,
Je t’invoquerai comme les disciples d’Emmaüs :
Reste avec nous, le soir est arrivé
Et le soleil se couche.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et dans la nuit,
En communion de prière avec les nombreux malades
Et les personnes seules,
J’attendrai l’aurore
Pour chanter à nouveau ta miséricorde
Et dire à tout le monde que,
Dans les tempêtes,
Tu as été mon refuge.

Je reste à la maison, Seigneur !
Et je ne me sens pas seul et abandonné,
Parce que tu me l’as dit :
Je suis avec vous tous les jours.
Oui, et surtout  en ces jours
De confusion, ô Seigneur,
Dans lesquels, si ma présence n’est pas nécessaire,
Je vais atteindre chacun, uniquement avec les ailes de la prière.
Amen.